ecodurable.fr

logo_ecodurable.jpg

Lundi 30 mars 2020

Accueil

Echos durables

AGENDA

FORMATIONS

REGLEMENTATION

LIVRES

GOOGLE ECODURABLE

 

Admin

Notre planète

Reporterre

Agir pour la planète

FLASH



Ce site est listé dans la catégorie Environnement : Développement durable énergies renouvelables de l'annuaire Referencement et Dictionnaire




Aidez au développement d'ECODURABLE.fr


ECODURABLE.fr,
ce portail consacré à l'écologie au jour le jour est à destination du grand public afin de mettre à sa disposition un large panel d'informations sur les choix intelligents en terme de développement durable.


Le prix du pétrol en temps réel.





Toutes les nouvelles

Poster une nouvelle

 

Page :  <  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  > 


Mangez moins de viande pour sauver la planète ! envoyé par ECODURABLE le 01/10/2009 @ 05:21

Un livre qui jette un pavé dans la mare : "Bidoche : l'industrie de la viande menace le monde".
Notre consommation de viande menace-t-elle le climat ?
C'est la question polémique que pose un livre qui sort mercredi : "Bidoche : l'industrie de la viande menace le monde", aux éditions Les Liens qui Libèrent. La thèse de son auteur, Fabrice Nicolino : on pourrait éviter le réchauffement en mangeant moins de viande .
L'élevage dans le monde représente un cinquième des émissions de gaz à effet de serre produits par les activités humaines. C'est un levier essentiel pour sauver le climat. Et c'est sans compte les flatulences des vaches ni l'ensemble du cycle de la viande, de la naissance de l'animal à son abattage, en passant par la distribution de la viande.
Faut-il pour autant ne plus manger de viande du tout ?
Non, il faudrait peut-être commencer par en manger moins. Fabrice Nicolino conseille de diviser notre consommation par quatre.
Source E1

La chasse au frelon asiatique est lancée envoyé par ECODURABLE le 29/09/2009 @ 20:33

Un nid de ce prédateur d'abeilles a été repéré pour la première fois en Seine-Saint-Denis et devait être détruit mardi.
Il s'appelle "Vespa Velutina", ou frelon asiatique, et est arrivé en France, à Bordeaux, en 2005, vraisemblablement dans un lot de poteries chinoises. Mais après avoir colonisé le Sud-Ouest de la France, cet insecte ne cesse, depuis, de gagner du terrain. La semaine dernière, pour la première fois, un nid a été découvert en région parisienne, dans le jardin d'un particulier au Blanc-Mesnil. Un nid qui devait être détruit mardi.
Car le frelon asiatique est une menace. Il "est un terrible prédateur pour les abeilles. Il peut en décimer quelque milliers en quelques jours", rappelle l'Union nationale de l'apiculture. "Je suis absolument inquiet pour mes abeilles. Aujourd'hui, le frelon se nourrit exclusivement d'abeilles. Il les prend en plein vol et il les découpe. Il a des mandibules qui sont des véritables cisailles et c'est comme ça qu'il coupe la tête. L'abeille n'a aucune chance", a confié Félix Gil, apiculteur dans le Val de Marne, sur Europe 1.
Au-delà des abeilles, les apiculteurs assurent que le frelon asiatique représente également un danger "pour les productions fruitières, la pollinisation et la population". Il a d'ailleurs été reconnu "espèce invasive" par l'Union européenne qui a décidé d'agir contre, pour préserver la biodiversité.
L'Union nationale de l'apiculture demande aux pouvoirs publics français de mettre en place une cellule de lutte contre le frelon asiatique. Si vous repérez un nid suspect, il faut également penser à donner l'alerte. Tout en restant à distance, 5 mètres, pour ne pas être piqué.
Source E1

Pour dépolluer votre appartement, plantez des fougères envoyé par ECODURABLE le 29/09/2009 @ 20:30

Les plantes vertes dépolluantes.
Les plantes vertes dépolluantes, ça n'est pas une blague. La preuve : la NASA est la première à avoir lancé des recherches sur ce sujet il y a une vingtaine d'années. Mais les découvertes sont récentes. En France, les recherches sont menées par une faculté de pharmacie et le Centre technique du bâtiment.
Pour les trois principaux polluants de l'air intérieur, on a plusieurs réponses :
- La fougère de Boston ou le philodendron pour le formaldéhyde.
- Le spathiphyllum ou fleur de lune, pour le benzène
- Le chlorophytum pour le toluène et même le monoxyde de carbone
- Et même me pothos pour plusieurs polluants à la fois.
Pour en savoir plus, deux sites proposent des informations et une boutique en ligne : plantes-dépolluantes ou quelles-plantes-dépolluantes.

Hulot change de ton avec "Le syndrome du Titanic" envoyé par ECODURABLE le 28/09/2009 @ 20:46

Dans le film qu'il a co-réalisé, il parle environnement bien sûr mais va loin dans la remise en cause de notre modèle économique.

Oubliez Ushuaïa, les survols en planeur et les longues descriptions de paysage. Ecologiste, Nicolas Hulot l'est toujours dans Le syndrome du Titanic , le film qu'il a co-réalisé avec le photographe Jean-Albert Lièvre et qui sort le 7 octobre prochain au cinéma. Mais l'animateur de télévision adopte un ton beaucoup plus sombre et nettement plus engagé.
"Je ne suis pas né écologiste, je le suis devenu. Je suis un enfant moi aussi de cette société de consommation", explique Nicolas Hulot dans la bande-annonce du film. Avant de hausser le ton : "le modèle économique dominant n'est plus la solution, mais bien le problème (..) Comment se résigner quand on voit que le superflu des uns est sans limite alors que l'essentiel des autres n'est même pas satisfait. On ne peut pas se satisfaire de tout cela", ajoute-t-il.
Hulot passé du vert au rouge ? La polémique n'a en tout cas pas tardé à monter autour du financement de ce film. Plusieurs grands groupes, notamment EDF et la SNCF, figurent en effet au générique. Ce qui ne compromet ni sa "liberté de parole" ni sa "liberté d'action", selon Nicolas Hulot.
Source: E1

Pub : le périph' se met au vert envoyé par ECODURABLE le 28/09/2009 @ 05:29
Une enseigne végétale vient d'être installée. Elle est composée de quelque 200 plantes vivaces.
De la sauge, de la valériane, des campanules ou encore de l'érigeron en bordure du périphérique parisien. Ce sont les plantes vivaces qui viennent d'être installées, près de la porte de Clichy, sur une enseigne publicitaire végétale unique par sa taille. Oubliez les lettres en néons qui clignotent pour attirer l'oeil des automobilistes-consommateurs, ici tout est vert.

Quelque 200 plantes ont été réparties, à l'horizontal, sur une structure en bois géante perchée à plus de 20 mètres du sol. Exposées au sud-ouest, elles ont été choisies pour leur "résistance à un environnement très urbain et au climat" parisien, explique pour Europe1.fr Arn Mehdorn, le directeur général de Green Wall, qui a conçu le projet.

La nuit, ce sont des diodes électroluminescentes LED, moins gourmandes en énergie que d'autres ampoules, qui prennent le relais et font clignoter les lettres PEFC, du nom du label européen pour l'exploitation durable des forêts qui est à l'origine de cette publicité.

Cette enseigne verte doit rester en place pendant deux ans. Un système de récupération des eaux de pluie a été mis en place pour l'arrosage des plantes qui baignent dans un "substrat fait de sphaigne, une mousse aquatique naturelle", précise Arn Mehdorn. Mais elles ne seront pas totalement autonomes pour autant : une surveillance régulière et un entretien deux fois par an pour nettoyer mauvaises herbes et feuilles mortes sont d'ores et déjà prévus.
Source E1

La banquise fond... et se fait fondre envoyé par ECODURABLE le 28/09/2009 @ 05:25

Des scientifiques britanniques ont confirmé que le phénomène ne cessait de s'accélérer parce qu'il s'autoalimente.
La mauvaise nouvelle est venue d'images prises par satellite.
Autour du Groenland et en Antarctique, la banquise devient de plus en plus mince. Les couches de glace de certaines régions de l'Antarctique, même très épaisses, ont quand même perdu plus de 9 mètres d'épaisseur par an depuis 2003. Et le phénomène ne cesse de s'accélérer, allant jusqu'à deux fois plus vite que précédemment dans certains zones.

Pourquoi ? Parce qu'il s'autoalimente, selon l'étude menée par une équipe britannique, autour d'Hamish Pritchard du British Antarctic Survey, et publiée dans la revue Nature cette semaine. L'idée n'est pas nouvelle mais elle se confirme et semble se généraliser. Plus la banquise fond, plus l'eau ainsi produite s'attaque à la glace restante. Ces "courants chauds de l'océan, qui atteignent d'abord la cote puis font fondre peu à peu toute la glace, sont la principale cause de cette disparition accélérée", insiste Hamish Pritchard, interviewé dans Time magazine.

Ce phénomène, parce qu'il se produit en quelque sorte à l'abri des regards, est dangereux. "La glace ainsi perdue est si peu prise en compte" qu'elle pourrait remettre en cause les scénarios, même les plus pessimistes, en matière d'élévation du niveau général des océans, s'alarme Hamish Pritchard.
Source E1

Page :  <  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  38  39  > 


CONSOMMATION

Webmaster :
Nicodem

Envoyer un message









Déjà 492306 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,159 secondes