ecodurable.fr

logo_ecodurable.jpg

Lundi 30 mars 2020

Accueil

Echos durables

AGENDA

FORMATIONS

REGLEMENTATION

LIVRES

GOOGLE ECODURABLE

 

Admin

Notre planète

Reporterre

Agir pour la planète

FLASH



Ce site est listé dans la catégorie Environnement : Développement durable énergies renouvelables de l'annuaire Referencement et Dictionnaire




Aidez au développement d'ECODURABLE.fr


ECODURABLE.fr,
ce portail consacré à l'écologie au jour le jour est à destination du grand public afin de mettre à sa disposition un large panel d'informations sur les choix intelligents en terme de développement durable.


Le prix du pétrol en temps réel.





Toutes les nouvelles

Poster une nouvelle

 

Page :  <  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  > 


Nucléaire : le documentaire qui relance le débat sur les déchets envoyé par ECODURABLE le 15/10/2009 @ 05:05


Chantal Jouanno a demandé une enquête d'EDF sur des matières radioactives produites en France et expédiées en Russie.

Des fûts alignés les uns à côté des autres, stockés en l'état, à l'air libre, près d'une voie de chemin de fer. La scène se passe en Sibérie. Elle a été filmée par Eric Guéret et Laure Noualhat, les deux journalistes auteurs du documentaire "Déchets : le cauchemar du nucléaire", diffusé mardi sur Arte. Une enquête qui rouvert le débat sur le retraitement des déchets nucléaires produits dans les centrales françaises.
Près de 13% des matières radioactives actuellement produites en France seraient stockés dans le complexe atomique de Tomsk-7, en Sibérie, selon les auteurs de l'enquête. Depuis le milieu des années 1990, 108 tonnes d'uranium appauvri seraient arrivées chaque année de France pour être stockées sur un parking à ciel ouvert.
EDF a répondu à cette enquête en assurant s'inscrire "dans une démarche permanente de transparence". L'argumentaire de l'électricien et du groupe Areva, chargé de retraiter le combustible usé des centrales du groupe électrique de La Hague, reposent sur une distinction : les "déchets" nucléaires, qui doivent être stockés définitivement, sont considérés différemment des "matières" radioactives, qui peuvent être entreposées pour être réutilisées.

D'où l'explication suivante sur la Sibérie : "les déchets radioactifs issus du traitement des combustibles restent en France" où ils sont conditionnés et entreposés "en toute sûreté", a indiqué EDF. "C'est seulement l'uranium recyclable, issu du traitement des combustibles des centrales nucléaires d'EDF qui est transporté en Russie pour être enrichi", a ajouté l'électricien. Pourquoi alors faire le choix de la Russie ? Car, explique EDF, la France ne dispose pas encore d'une usine pour retraiter l'uranium.

Des explications suffisantes pour Chantal Jouanno ? La secrétaire d'Etat à l'Ecologie a expliqué mardi qu'elle n'avait pas vu le document et qu'elle ne voulait pas traiter avec hâte le dossier. Elle s'est seulement prononcée en faveur d'une enquête interne chez EDF. Insuffisant, ont jugé de leur côté les anti-nucléaires.
source E1

Les requins, des prédateurs menacés envoyé par ECODURABLE le 13/10/2009 @ 20:37

Requine, un tiers des espèces sont en voie de disparition dans le monde.
Il y a environ 500 espèces de requins dans le monde, dont 130 rien qu'en Europe. Or un tiers de ces populations de requins européens sont en déclin. Une seule explication : la surpêche. Pour tirer le signal d'alarme, une semaine européenne pour les requins est organisée à partir de ce week-end.
En Asie, on est friand des ailerons de requins, ingrédients de base d'une soupe traditionnelle chinoise. D'où le développement d'une technique de chasse particulièrement cruelle : le finning. Les pêcheurs coupent les ailerons sur les requins vivants et les rejettent dans la mer où évidemment, sans ailerons qui leur servent de stabilisateurs, les requins finissent pas mourir. L'Union européenne devrait durcir sa législation dans ce domaine.
En France, on trouve du requin chez les poissonniers, même s'il porte le nom de roussette ou de veau de mer. Pour sauver toutes ces espèces, les associations écologistes demandent qu'on supprime totalement les quotas de pêche pour les requins qui sont devenus les plus rares.
source E1

Comment assainir l'eau à l'aide des plantes ? envoyé par ECODURABLE le 12/10/2009 @ 21:03

Aujourd'hui, une expérience unique en son genre menée à La Palus, près de Montpellier.
C'est une expérience inédite, une première mondiale, qui fonctionne depuis quelques semaines à La Palus, près de Montpellier. Une zone de biodiversité très complexe a été créée de toutes pièces, par la Lyonnaise des Eaux, en utilisant des plantes dont on connaît les effets dépolluants. Son nom : la zone Libellule pour Zone de liberté biologique et de lutte contre les polluants émergents.
L'eau sort d'une station d'épuration. Mais il reste encore un peu de phosphore et d'azote, des métaux lourds, des résidus de médicaments ou encore des pesticides. Pour purifier cette eau, 7.000 plantes, de 46 espèces différentes, ont été plantées. 10 jours, c'est le temps qu'il faut à l'eau pour traverser cette zone et retourner dans la rivière.
Est-ce que les résultats sont bons ? A la sortie, l'eau est conforme aux eaux de baignade. On pourrait même imaginer d'assainir l'eau des nappes phréatiques polluées avec ce système.
Source E1

Electricité : l’osmose à votre service envoyé par ECODURABLE.fr le 11/10/2009 @ 16:27

C’est l’entreprise norvégienne StatKraft, spécialiste des énergies renouvelables (éolienne, hydraulique, maréemotrice, photovoltaïque) qui est à l’origine d’un projet audacieux qui bientôt entrera en service, sous la forme d’un prototype d’une capacité de 2MW (ce qui représente la consommation d’environ 1000 foyers, selon Science et Vie). Le principe est simple et efficace à petite échelle, et le projet de l’enterprise Norvégienne tient à la montée en puissance d’un système qui prévoit à l’horizon 2015 une production de 25MW.

L’osmose : l’eau douce et l’eau de mer se rencontrent

Le principe de l’osmose exprime une réalité physique : lorsque deux eaux sont en contact, leur concentration en sel s’égalise par déplacement des molécules d’eau de la zone la moins concentrée en sels vers l’eau la plus concentrée.
Ce procédé, déjà employé pour désaler l’eau de mer (osmose inverse), est ici appliqué pour fabriquer de l’électricité. Un apport d’eau douce dans un contenant chargé d’eau de mer, séparé par une membrane, provoque un transfert des molécules d’eau dans le volume d’eau de mer dont la pression augmente au cours de l’osmose. Cette pression est ensuite transférée mécaniquement vers de turbines génératrices. Simple en théorie, mais compliqué à mettre en oeuvre à grande échelle : outer un flux continu d’eau douce, la technique impose un filtrage parfait des apports d’eau afin de garantir un transfert efficace, garantie d’un rendement suffisant à nos besoins gargantuesques.
Infos complémentaires ici.

Bientôt du biodiesel de deuxième génération envoyé par ECOFURABLE le 10/10/2009 @ 19:15

Le biodiesel de deuxième génération,l'expérimentation va être lancée sous peu.
Quel carburant mettra-t-on demain dans nos voitures ? Pétrole, essence, diesel, biocarburants : on n'en a pas encore fini avec nos voitures actuelles, avec leur moteur thermique. Car les carburants évoluent. L'expérimentation du biodiesel de deuxième génération va être lancée. L'Ademe a donné son feu vert.
Les biocarburants sont issus de plantes. Pour la deuxième génération, l'idée est d'utiliser la plante en entier, pas seulement sa chair ou son grain. La tige, les déchets végétaux et même le bois pourraient ainsi trouver un nouveau débouché. C'est beaucoup plus rentable, et plus vertueux, car on ne gâchera rien et on rentabilisera mieux les surfaces cultivées. La sécurité alimentaire en dépend.
Dès 2010, la France doit passer à 7% de carburants issus des plantes. En 2020, à 10%.
Source E1

Sommet de Copenhague : les internautes s'engagent avec un pacte envoyé par ECODURABLE le 09/10/2009 @ 10:12

Le message de cette pétition diffusée à deux mois du sommet de Copenhague : "L'urgence est là. Agissons ensemble".
"Laissez votre empreinte !" : c'est la proposition faite depuis le mois de juin aux internautes sur la Chaîne verte de MSN. De cette consultation sur le web, est né un "pacte", présenté mercredi. Son mot d'ordre, à moins de deux mois du sommet crucial sur le climat de Copenhague : "l'urgence est là. Agissons ensemble".
Les propositions des internautes ont été triées par l'institut de sondage Ifop puis analysées par des experts du club de réflexion Terra Nova. C'est "un véritable exercice de démocratie en réseau", estime Guillaume Cantillon. Pour cet expert en environnement de Terra Nova, cette consultation a permis de "toucher un public plutôt jeune qui ne prend pas toujours la parole". Résultat : des propositions très "argumentées, détaillées" et témoignant d'une importante "maturité".
10 exigences d'un côté, 10 engagements de l'autre : le pacte n'est pas seulement une liste d'objectifs à remplir adressée aux négociateurs qui seront présents à Copenhague. En contrepartie, les internautes se sont aussi engagés à agir, à leur niveau et dans leur quotidien. "Ils savent que le changement passent par eux, mais ils ont aussi une aspiration à un changement du système qui passe par les politiques. Et ils ont conscience que l'un ne va pas sans l'autre", analyse encore Guillaume Cantillon.
Découvrez les trois premiers engagements pris par les internautes :
- J'évaluerai mon empreinte écologique, tous les ans, et viserai à son atténuation
- Je veillerai à faire des économies d'énergie, à la maison comme au travail
- J'éviterai de gaspiller de l'eau
Découvrez les trois premiers objectifs fixés par les internautes :
- Impulser une coopération internationale se dotant d'objectifs contraignants
- Renforcer les politiques de protection des plus faibles, premières victimes de la détérioration de l'environnement et de la hausse du cours des matières premières
- Faire des Etats et collectivités locales des acteurs exemplaires en matière de responsabilité environnementale
Depuis mercredi, cette charte est aussi une pétition disponible sur la Chaîne verte de MSN. Objectif : récolter le plus de signatures possibles avant le 7 décembre, jour de l'ouverture de la conférence sur le climat à Copenhague.
Source E1

Page :  <  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  35  36  37  > 


CONSOMMATION

Webmaster :
Nicodem

Envoyer un message









Déjà 492312 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,108 secondes