ecodurable.fr

logo_ecodurable.jpg

Dimanche 5 juillet 2020

Accueil

Echos durables

AGENDA

FORMATIONS

REGLEMENTATION

LIVRES

GOOGLE ECODURABLE

 

Admin

Notre planète

Reporterre

Agir pour la planète

FLASH



Ce site est listé dans la catégorie Environnement : Développement durable énergies renouvelables de l'annuaire Referencement et Dictionnaire




Aidez au développement d'ECODURABLE.fr


ECODURABLE.fr,
ce portail consacré à l'écologie au jour le jour est à destination du grand public afin de mettre à sa disposition un large panel d'informations sur les choix intelligents en terme de développement durable.


Le prix du pétrol en temps réel.





Toutes les nouvelles

Poster une nouvelle

 

Page :  <  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  > 


Reste-t-il des aliments sans OGM ? envoyé par ECODURABLE.fr le 05/11/2009 @ 04:49


Les préconisations du Haut conseil des biotechnologies en matière d'étiquetage.


Qu'est-ce que c'est qu'un aliment sans OGM ? La question semble étonnante. Mais elle a du sens, d'après le Haut conseil des biotechnologies qui vient de formuler une réponse. Premier constant : le 0% OGM garanti est impossible à atteindre.Les agriculteurs sont désormais dépendants de semences qui comportent des traces d'organismes génétiquement modifiés.
Or, la loi sur les OGM, votée l'an dernier, prévoit qu'on doit pouvoir produire avec ou sans OGM. Le Haut conseil des biotechnologies propose donc qu'on dise et qu'on étiquette clairement sans OGM pour :
- des végétaux avec moins de 0,1% d'ADN modifié.
- de la viande ou du lait d'animaux ayant été élevés, eux aussi, avec moins de 0,1% d'ADN modifié.
Mais il y a une zone grise, car la mention "avec OGM" commence à partir de 0,9%. Le gouvernement devra donc trancher sur la définition du "sans OGM" prochainement, via un décret.
Source: E1

EPR : Corinne Lepage sonne l'alarme envoyé par ECODURABLE.fr le 03/11/2009 @ 20:44

L'ancienne ministre de l'Environnement appelle au développement d'énergies alternatives et s'inquiète d'une France tout nucléaire.
"On ne fabrique pas de l'électricité nucléaire comme on fabrique des pots de yaourt." Corinne Lepage s'est dite "inquiète", mardi sur Europe 1, après les réserves émises lundi par les autorités de sûreté nucléaire au sujet de la sécurité de réacteurs nucléaires EPR. "Il y a un vrai problème de sécurité", a jugé la députée européenne (MoDem), notamment "sur les conditions de construction et sur la conception même de ces réacteurs."

Voici l'intégralité de l'interview de Corinne Lepage :
Sans remettre en cause directement le choix du nucléaire, la présidente de Cap 21 a regretté que la France "renâcle" à se lancer à grande échelle dans les énergies renouvelables "parce qu'on a décidé de repartir très vite dans le nucléaire". Il serait intéressant, a estimé Corinne Lepage, "qu'on développe réellement des solutions alternatives, à commencer par l'efficacité énergétique, et à continuer par les énergies renouvelables", plutôt que de tout miser sur le nucléaire.
Estimant que l'opacité sur le nucléaire est "une vieille histoire, liée à la naissance même du nucléaire en France", Corinne Lepage en rappelle "un petit échantillon" avec "l'affaire des déchets nucléaires en Russie où on a envoyé ce qui sortait de l'usine de retraitement de La Hague, présentée comme un modèle de recyclage. On a vu qu'on ne recyclait rien du tout puisque ça été stocké en Russie."
Au sujet des algues vertes, Corinne Lepage a jugé qu' "il [était] temps" que l'Etat renonce à faire appel d'un jugement qui, en 2007, avait pointé sa responsabilité dans la prolifération de ces algues toxiques. "[Chantal Jouanno] a reconnu la responsabilité de l'Etat. Qu'est-ce qu'elle souhaite ? Etre à nouveau condamnée ? Je ne vois vraiment pas la nécessité."
Enfin, interrogée sur le renvoi de Jacques Chirac en justice, celle qui fut sa ministre de l'Environnement a dit éprouver "de la compassion pour l'homme", mais trouver la procédure "normale sur le principe" : "On ne peut pas en même temps dire que le président de la République doit bénéficier d'une immunité pendant la période ou il est à la tête de l'Etat, et considérer qu'après il ne peut rien se passer. Il doit être jugé en justiciable comme les autres."
Source: E1

La première neige sur Pékin est... artificielle envoyé par ECODURABLE.fr le 02/11/2009 @ 20:13


C'est la solution qu'ont trouvé les météorologues pour lutter contre l'intense sécheresse qui règne sur Pékin.


Le jour s'est levé sur Pékin recouvert d'un manteau neigeux... artificiel ! Car ce sont les météorologues chinois qui ont provoqué ces flocons sur la ville. Il s'agit de la neige la plus précoce à Pékin depuis 10 ans, selon le Beijing Evening News. Une action non fantaisiste. Il s'agit pour eux de lutter contre la sécheresse persistante et qui frappe le nord du pays depuis plus de dix ans.
Les météorologues n'en sont pas à leur coup d'essai pour tenter de reverdir la région. Ils provoquent des pluies depuis des années en injectant des substances chimiques dans les nuages. "Nous ne manquons pas une occasion de provoquer des précipitations depuis que Pékin souffre d'une sécheresse persistante" a déclaré Zhang Qiang, directeur du Bureau de Pékin pour la modification du climat.
Ainsi, la neige, inhabituellement précoce, est tombée sur la capitale pendant la moitié de la journée avec des températures qui ne dépassaient pas les 2 degrés Celsius et des vents soutenus du nord, selon l'agence Chine nouvelle. Les Pékinois n'ont pas été les seuls à profiter de cet or blanc, puisque la neige est tombée également dans les provinces de Liaoning et Jilin dans le nord-est ainsi que sur le port de Tianjin, à l'est du pays, qui a connu sa première neige automnale.
Par ailleurs, le froid et le vent ont provoqué des retards à l'aéroport de Pékin et interrompu le transport maritime des passagers à partir des côtes de la province de Shandong dans l'est du pays, a indiqué Chine nouvelle.
Source: E1

Moins de carbone dans les assiettes alsaciennes envoyé par ECODURABLE.fr le 01/11/2009 @ 19:47

Des restaurateurs vont proposer pendant tout le mois de novembre des repas avec des produits locaux.

Trente restaurants alsaciens, dont quatre établissements universitaires ou scolaires, proposeront en novembre des menus "sobres en carbone" à l'initiative de l'association Objectif climat. L'association régionale veut inciter les citoyens à modifier leurs comportements pour contribuer à l'objectif fixé par le Grenelle de l'environnement : diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre en France d'ici à 2050.
"Environ un tiers de nos gaz à effet de serre se trouvent dans notre assiette", affirme Jean-Michel Augé, son président, en référence au rôle que jouent transport, emballage et modes de production énergivores dans notre alimentation. Plutôt que l'agneau de Nouvelle Zélande ou les fraises du Chili, le potimarron, le chou, les pommes et le gibier, des produits locaux et de saison, seront donc à l'honneur.
Parmi les tables qui participent à l'opération, des restaurants gastronomiques ou végétariens qui privilégiaient déjà une "cuisine du marché", mais aussi des établissements plus traditionnels. "On a tellement de petits producteurs qui ne demandent pas mieux que de travailler avec nous", s'enthousiasme Jean-Luc Erb, gérant du "Cerf d'or" à Strasbourg, qui proposera tout le mois un menu local. La majorité de ses confrères ne participeront à l'opération qu'une journée, voire une semaine.
A défaut de leurs "poids carbone", qui s'est révélé trop complexe à déterminer, l'origine et le mode de production des nourritures servies seront fournis aux convives.
Le chef du Fec (Foyer de l'étudiant catholique), un restaurant universitaire strasbourgeois bien connu, assure que la démarche est compatible avec des prix serrés. "Ce n'est pas beaucoup plus cher mais c'est une autre façon de travailler et si vous mettez vingt grammes de viande en moins dans l'assiette et un peu plus de légumes, vous compensez", explique Rémy Dirwimmer.
Source: E1

Des centrales électriques dans l'espace envoyé par ECODURABLE.fr le 31/10/2009 @ 04:32

Le projet du Japon d'envoyer dans l'espace des satellites recouverts de panneaux photo-voltaïques.
C'est un nouveau procédé pour produire de l'énergie : installer des panneaux solaires ... dans l'espace ! A l'origine de ce projet digne d'un scénario de science-fiction, le Japon qui y travaille depuis plus de 30 ans et a investi plus de 20 milliards de dollars.
L'idée est simple : envoyer dans l'espace un satellite sur lequel on installe des panneaux solaires photovoltaïques. L'électricité produite est ensuite envoyée sur Terre grâce à un faisceau laser ou par des micro-ondes.
Reste à résoudre plusieurs problèmes : comment être certain que le rayon laser extrêmement puissant sera bien orienté vers son récepteur au centimètre près ? Comment éviter les avions et les autres satellites ? Quel coût pour mettre en place toute la technologie nécessaire dans l'espace ? Les Japonais espèrent avoir finalisé leur projet en 2030. Les Russes et les Américains sont aussi sur la brèche.
Source E1

Donald Trump à l'assaut des dunes écossaises envoyé par ECODURABLE.fr le 30/10/2009 @ 04:36


Le magnat américain de l'immobilier a lancé mercredi la construction d'un luxueux, et très controversé, golf


L'ultime feu vert a été donné mardi soir par les conseillers municipaux de Balmedie, au nord de l'Ecosse. Et dès mercredi, les engins de chantiers entraient en piste pour débuter la construction d'un luxueux complexe hôtelier avec terrains de golf. A l'origine de ce projet controversé, le magnat américain de l'immobilier Donald Trump dont le fils est venu superviser les travaux au beau milieu des dunes.
C'est avec du champagne que Donald Trump Jr a célébré le lancement de ce chantier, raconte le site DailyRecord. Une équipe de télévision américaine a même fait le déplacement, précise la BBC. "C'est important que [la chaîne] ABC vienne dans la région d'Aberdeen pour voir, avant transformation, ce paysage poétique de côte écossaise", a ironisé un membre de l'association Scottish Wildlife Trust.
Début octobre, des habitants avaient encore manifesté avant une réunion des élus locaux, pour tenter de s'opposer au projet. "Dites &#145;non' à Trump", "De la justice pour les habitants de Menie", avaient-ils lancé.
D'autres habitants n'ont pas exclu d'aller devant les tribunaux pour faire reconnaître les risques pour cet écosystème de dunes mouvantes, qui abrite des végétaux et des espèces d'oiseaux rares. Donald Trump Jr leur a répondu en les qualifiant d'"adolescents". Le projet prévoit la construction de deux terrains de golf, d'un hôtel 5 étoiles et de quelque 1.000 maisons de vacances. Pour un montant total de plus de 10 milliards d'euros.
Source E1

Page :  <  15  16  17  18  19  20  21  22  23  24  25  26  27  28  29  30  31  32  33  34  > 


CONSOMMATION

Webmaster :
Nicodem

Envoyer un message









Déjà 500273 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,130 secondes