ecodurable.fr

logo_ecodurable.jpg

Lundi 10 décembre 2018

Accueil

Echos durables

AGENDA

FORMATIONS

REGLEMENTATION

LIVRES

GOOGLE ECODURABLE

 

Admin

Notre planète

Reporterre

Agir pour la planète

FLASH



Ce site est listé dans la catégorie Environnement : Développement durable énergies renouvelables de l'annuaire Referencement et Dictionnaire




Aidez au développement d'ECODURABLE.fr


ECODURABLE.fr,
ce portail consacré à l'écologie au jour le jour est à destination du grand public afin de mettre à sa disposition un large panel d'informations sur les choix intelligents en terme de développement durable.


Le prix du pétrol en temps réel.





Toutes les nouvelles

Poster une nouvelle

 

Page :  <  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  > 


Danone continue de réduire l'impact écologique de ses emballages envoyé par EODURABLE le 10/03/2011 @ 05:35

Le groupe français Danone a dit poursuivre sa politique de réduction de l'impact écologique de ses emballages, annonçant mercredi que son produit Actimel serait vendu dans une bouteille plastique d'origine végétale, un matériau qu'il a introduit avec ses bouteilles d'eau Volvic.

La branche produits frais de Danone France a également annoncé la diminution du poids des sur-emballages en carton pour ses yaourts.

En mai, toutes les petites bouteilles d'Actimel vendues en France seront fabriquées dans un plastique issu à 95% de canne à sucre et non plus issu du pétrole, a expliqué Didier Moreau, directeur environnement de Danone produits frais France.

En septembre, ce nouvel emballage sera étendu aux marchés belge, allemand et britanique, a ajouté Olivier Delaméa, directeur général de Danone produits frais France.

Ce changement doit permettre de réduire de 70% l'empreinte carbone de l'emballage Actimel et d'environ 15% l'impact carbone du produit tout entier, assure le groupe.

Le surcoût, que M. Delaméa ne veut pas préciser, ne sera pas répercuté aux consommateurs, a-t-il assuré. Danone table sur une croissance des ventes "de 3 à 5%" pour l'absorber.

La canne à sucre est produite au Brésil et transformée sur place en éthanol puis en résine. Acheminée par bateau jusqu'en Belgique, la résine, "identique à ce qui est obtenu avec le pétrole", souligne M. Moreau, est transformée en bouteille près de l'usine de Rotselaar, où est fabriqué ce produit laitier.

Danone dit avoir veillé à ce que la production de cette canne à sucre "n'entraîne pas de déforestation" et ne soit "pas en concurrence avec une culture vivrière".

Danone a par ailleurs annoncé poursuivre la réduction de ses sur-emballages cartons autour des yaourts.

Ces cartons avaient disparu des lots de yaourts par 4. Soit une économie, selon Danone, de 1.600 tonnes de carton (2.500 tonnes d'équivalent carbone). Pour les gros formats (8, 12 ou 16), la taille du suremballage va être réduite de 3 cm de chaque côté, pour économiquer 1.000 t de carton (1.800 t d'équivalent CO2).

En octobre, Danone avait lancé les premières bouteilles d'eau (Volvic) en partie fabriquées avec du plastique d'origine végétale.

En 2008, Danone produits frais France s'était engagé à réduire son impact environnemental de 30% d'ici fin 2012. "Nous sommes à moins 20%", a assuré M. Delaméa.

Une ONG dénonce la hausse des marées noires en eaux douces envoyé par ECODUEABLE le 10/03/2011 @ 05:33

Dans son Atlas 2008-2010, Robin des Bois recense 643 pollutions aux hydrocarbures (moyenne annuelle de 214), contre 561 (moyenne de 140) dans sa précédente édition portant sur la période 2004-2007.
L'association écologiste Robin des Bois a dénoncé mercredi dans un rapport la hausse, dans "l'indifférence des pouvoirs publics", des "marées noires" dans les cours d'eau de France, notamment après des accidents de camions dont les réservoirs se déversent.
Alors que la pollution aux PCB entraîne souvent des restrictions ou interdictions de pêche, ces "marées noires" s'amplifient "dans l'indifférence des pouvoirs publics", écrit l'association dans son Atlas.

"Nous sommes étonnés par la différence entre la perception des marées noires en mer et en eaux douces", relève Jacky Bonnemains, son président.

"L'une des explications est sans doute que les pollutions en rivière sont emportées par le courant vers l'aval. Le fleuve est un lieu de transit et n'appartient à personne. La plage est un terminal pour la marée noire et elle est considérée comme un bien public", poursuit-il.

Dans son Atlas, l'association souligne que ces pollutions condamnent faune et flore "à une triple peine": "le colmatage et l'engluement, la longue dégradation de l'habitat et la bioaccumulation de micropolluants toxiques et persistants comme les métaux lourds".

L'association considère comme "marée noire" tout "déversement d'hydrocarbure" (pétrole brut, carburants, huiles, solvants...) dans un cours d'eau.

Le bilan a été largement réalisé à partir d'articles de la presse régionale faisant état de ces pollutions et de leurs causes, a expliqué à l'AFP Christine Bossard, chargée de campagne.

"Il est évident qu'il y a beaucoup de pollutions qui ne sont pas connues", précise-t-elle.

Par ailleurs, si certaines régions semblent épargnées, comme la Corse ou la zone entre Marseille et Nice, cela peut signifier qu'aucune pollution n'a eu lieu, ou plus probablement pour Christine Bossard qu'elle s'est déroulée dans "l'indifférence" des médias et populations locales.

Parmi les causes identifiées de ces marées noires, l'Atlas cite en premier lieu les accidents impliquant des poids lourds dont la citerne ou le réservoir se percent, le carburant se répandant jusqu'à des cours d'eau.

La deuxième cause est la "maintenance dégradée, la vétusté ou l'abandon des cuves à fioul de chauffage". Les pollutions par hydrocarbures d'origine industrielle passent de la première à la troisième place.

Suivent les pollutions d'origine agricole comme les vidanges intempestives de cuves à fioul ou à gazole et enfin, le dégazage lié au transport et tourisme fluvial.

"Compte tenu des incertitudes des évaluations et de l'absence de quantification pour les 2/3 des déversements connus, Robin des Bois estime à 5.735.000 de litres le volume d'hydrocarbures rejetés dans les eaux douces sur les trois dernières années", précise M. Bonnemains.

Pyrénées : 5 oursonnes pour un ourson envoyé par ECODURABLE.fr le 08/01/2011 @ 07:01

Cinq oursonnes et un ourson sont nés dans les Pyrénées. Pas suffisant pour la survie de l’espèce.

On connaît enfin le sexe des six oursons nés dans les Pyrénées depuis 2009 : un mâle et cinq femelles. L’association Pays de l'Ours-Adet s’est félicitée jeudi d’une "bonne nouvelle". Ces six naissances démontrent selon l’association "la bonne adaptation des ours lâchés à leur nouveau territoire".

Mais le maintien de l’espèce à long terme est loin d’être assuré. Les six oursons ont le même père, Pyros. Difficile dans ces conditions d'assurer la survie de l’espèce entre frères et sœurs.
Bientôt une nouvelle ourse

L’Etat a annoncé en juillet la réintroduction d’une nouvelle ourse, probablement slovène, pour remplacer Franska, qui tenait compagnie aux deux mâles de l’Ouest des Pyrénées. Le plantigrade avait été tué en 2007 dans un accident de la route.

Une décision jugée insuffisante par les associations de défense des ours. Dix-neuf à vingt-deux ours se baladent actuellement dans les Pyrénées. La dernière réintroduction date de 2006. Cinq ours étaient alors arrivés de Slovénie.

L'éthanol en panne sèche envoyé par ECODURABLE.fr le 08/01/2011 @ 06:59

INFO E1. La France en incorpore 6% à ses carburants alors que le seuil minimal est de 7%.

Les biocarburants n'ont pas le vent en poupe. Contrairement aux objectifs qu'elle s'était fixés en 2005, la France incorpore seulement 6% d'Ethanol à ses carburants alors que la barre minimale avait été fixée à 7%, selon les informations d'Europe 1.

La différence est faible. Il n'empêche que ces chiffres sont révélateurs d'une tendance : la filière doute. Car, pour rouler vert, il faut des stations équipées . Et là, le compte n'y est pas. Même le sans plomb E10 qui contient 10% d'éthanol reste difficile à trouver. Pour Alain Jeanroy, directeur de la confédération des planteurs de betteraves, les compagnies pétrollières ne jouent pas le jeu.

Fin 2009, la distribution pétrolière s'était engagée à ce que 70 % des pompes soient équipées. Aujourd'hui, on en constate que 20%", explique-t-il au micro d'Europe 1. "Ce que je constate c'est qu'ils n'ont pas du tout respecté les objectifs qu'ils s'étaient fixés".

Même constat pour l'E85 (composé de 85% de carburants d'origine végétale). Seules 487 stations sont équipées pour le distribuer à travers l'hexagone soit moins de 4% des points de vente de biocarburants.

Le Soleil responsable du froid glacial ? envoyé par ECODURABLE le 29/12/2010 @ 05:39

Certains assimilent la vague de froid au manque d’activité magnétique de l’astre. Décryptage.
La Terre est-elle en train de vivre un nouveau "petit âge glaciaire" comme au temps du Roi soleil ? C’est la question que se posent certains scientifiques. Ils comparent la situation actuelle à celle de l’époque de Louis XIV, où, pendant 70 ans, le Soleil n’a produit aucune tâche. Et ce, alors que l’astre a pour habitude de les former tous les douze ans environ.

Sous Louis XIV, il a fait un froid sans précédent

"Pendant toute l’époque durant laquelle a régné le Roi soleil, entre 1645 - 1715, le Soleil n’avait pratiquement aucune tâche. Et en Europe, il a fait un froid sans précédent. On se souvient de la Tamise gelée, par exemple", rappelle Alain Cirou, consultant espace d’Europe 1. Certains ont raconté que le vin du roi a gelé dans son verre et que le froid a atteint jusqu’à -25 degrés en rase campagne.

Les températures glaciales qui touchent la France depuis le mois de novembre n’ont toutefois pas encore atteint ces niveaux, même si elles jouent avec les records. Pourtant, certains scientifiques s’interrogent sur la similitude de la situation. Car aujourd’hui, ils observent une absence d’activité magnétique intense du Soleil. Depuis deux ans, "on note très peu de tâches sur le Soleil. Ce qui veut dire qu’il n’est pas très actif", note Alain Cirou.

Quelles interactions Soleil-Terre ?

Mais ce n’est pas si simple, assure-t-il. "On sait que le Soleil est un radiateur qui n’est pas constant, mais on a beaucoup de mal à dire quand il se met à fluctuer ce qui se passe sur la Terre". Il n’y a qu’une chose à faire pour l’instant : "observer pour essayer de comprendre et de mieux prévoir".

Paris en guerre contre les 4X4 et le diesel envoyé par ECODURABLE le 29/12/2010 @ 05:35

Une mesure anti-pollution pourrait interdire les véhicules trop polluants autour de la capitale.
Zapa, c’est le nom de la nouvelle arme anti-pollution de la ville de Paris. La zone d’activité prioritaire pour l’air, pensée par le ministère de l’Ecologie dans le cadre du Grenelle, a pour objectif de réduire la pollution dans l’agglomération parisienne. Et pour y parvenir, le ministère n’hésite pas à imaginer des mesures qui risquent de déclencher la colère des automobilistes.

Des véhicules plus adaptés

Parmi les idées proposées figure celle d’interdire l’accès à certains secteurs en plein centre-ville aux 4X4 et aux véhicules diesel, révèle Le Parisien . " L’idée est de sélectionner les véhicules les plus polluants, environ pour 5%", détaille Denis Baupin, adjoint chargé du développement durable à la mairie de Paris, sur Europe 1.

"Et il s’agit surtout de dire aux constructeurs : "arrêtez de construire des véhicules qui sont incompatibles avec la vie en ville". Ils sont tellement nocifs pour la santé qu’on est obligé de les restreindre", constate-t-il. Et pour cela, il envisage la mise en place d’un système de vignettes, une sorte de pastille verte, pour contrôler les véhicules autorisés à circuler. Un système de vidéosurveillance est également envisagé, afin de s’assurer que les restrictions sont respectées.

Paris et la proche banlieue

Le but de ce plan - qui pourrait intervenir début 2012 - est de réduire considérablement les émissions de CO2. Mais reste à définir précisément l’étendue de cette zone "sans pollution". Elle pourrait englober Paris et peut-être même la proche banlieue. Mais les voitures ne seront pas les seules concernées, les camions pourraient également entrer dans ce dispositif anti-pollution. De plus, le ministère doit encore réfléchir à des compensions et des incitations à changer de véhicule.

D’autres grandes villes européennes ont déjà mis en place un tel système. C’est le cas notamment de Berlin. Quatre autres agglomérations en France ont également été retenues pour participer à l’expérimentation : Grand Lyon, Grenoble- Alpes Métropole, Clermont Communauté et Pays d’Aix.

Page :  <  1  2  3  4  5  6  7  8  9  10  11  12  13  14  15  16  17  18  19  20  > 


CONSOMMATION

Webmaster :
Nicodem

Envoyer un message









Déjà 457056 visiteurs

Recherche

Google

Sur le web

Sur ce site

Haut

Site créé avec Phortail 2.0.5
PHP version 4.4.3-dev

Page générée en 0,147 secondes